#PORTRAIT – Sophie DUSSART, Directrice de structure au sein d’Atouts Ville

Qui es-tu et quel est ton rôle dans ta structure ?
Je suis Sophie DUSSART, je travaille pour l’Association ATOUTS VILLE à Gravelines ; je suis directrice de structure, plus particulièrement de la Maison de quartier des Huttes et j’ai
également en charge la coordination Familles/Adultes pour l’Association.
Ma mission est de mettre en place un projet d’agrément sur le territoire, le « projet social », en collaboration avec une équipe composée de salariés et de bénévoles et qu’ensemble, avec les habitants, nous le fassions vivre dans ses grandes orientations et lui donner toute sa dimension participative !

Quelle place prend le numérique dans ton travail ?
Le numérique, dans ma pratique, prend une place de plus en plus importante notamment en ce contexte particulier où il nous a surtout permis de garder et de maintenir le lien avec les personnes connaissant de près ou de loin la structure. C’est aussi un levier privilégié pour communiquer et collaborer avec mes autres collègues et les partenaires avec lesquels nous
échangeons régulièrement sur la mise en place de projets et le suivi des actions.
Je retiendrai surtout Teams et Zoom pour les Visio conférences et le maintien du travail d’équipe, l’usage des supports de type Génially pour des présentations de projets ou de rapports interactives ou bien encore Google Forms et Kahoot qui nous ont permis de recueillir la parole des habitants sur tous sujets confondus.
Le numérique a surtout été révélateur de solutions en matière d’adaptation et d’innovation de nos moyens mis à disposition en faveur des habitants et de nos façons de communiquer.
Je pense notamment à la borne e-administrative qui permet ainsi à tous de réaliser ses démarches en ligne et d’éditer tous types d’attestations.

En quoi le projet CSCFM t’aide au quotidien ?
Le Projet des Centres Sociaux Connectés en Flandre Maritime m’aide au quotidien car il nous permet avec l’équipe d’accompagner les habitants vers le développement de ces nouveaux outils, et de pouvoir faire disposer les habitants d’une ressource humaine dédiée, Julien, animateur au sein de l’ENA qui guide les habitants et les amènent ainsi à développer leurs propres projets. Ce dernier participe également à la formation de jeunes acteurs, telle que Mathilde, en contrat Parcours Emploi Compétences, mise à disposition à l’ENA par l’Association AGIR à Gravelines, laquelle construit progressivement son profil en animation numérique.
Au niveau de la structure, le projet des CSCFM m’a permis de pouvoir réaliser un projet qui nous tenait à cœur avec l’équipe, celui de maintenir une fête pour la musique, spécialement adaptée pour écouter de chez soi de la musique créée par des passionnés, le virtuel se mettant au service de la musique en ce 21 juin 2020.
Enfin, ce projet nous a permis de développer la partie numérique au profit de toutes les générations, en partant du constat qu’il est possible d’apprendre à tout âge et que le numérique peut être aussi un plaisir, une source de créativité et de développement personnel et professionnel ; également de comprendre les codes, de pouvoir les approprier et d’agir en faveur de la citoyenneté, ne serait-ce que par la création ou juste par le fait
d’utiliser des supports qui libèrent la parole (je pense notamment aux familles et aux jeunes) ou qui fassent prendre du recul face à l’information, à la prévention des risques…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *